Accueil > Actualités > Une saison aux Dames Blanches

Culture

S'abonner aux flux RSS

mardi 14 mars 2017

Une saison aux Dames Blanches

Chacun est singulier, mais tous ont en commun le blanc, le noir ou le sombre ; l'histoire, petite ou plus grande, et une matière et une manière qui signe leur œuvre. De mars à septembre, six artistes occuperont la chapelle des Dames Blanches que la Ville voue à l'expression d'artistes contemporains.

 

C'est Régis Fabre qui inaugurera cette série d'expositions à la chapelle des Dames Blanches avec un titre qui semble répondre comme un contraire du lieu : "Quelque chose, noir". "Quelque chose", c'est assez flou, et "noir", ce n'est pas blanc et ce serait même l'opposé de la couleur dans l'esprit mal informé de l’œuvre "outrenoire" de Pierre Soulages. Mais de l'indéfinissable et des ténèbres, Fabre, lui, fait surgir tout son monde photographique, à la croisée de notre quotidien médiatique, du détournement d'objets et de la nature morte. Au filtre de son objectif, elle n'a jamais été aussi vive.

 

L'artiste angoumoisin cédera les cimaises à une suite d'artiste rochelais. Guérandelle d'abord qui revient où il a vécu et entrera en cette chapelle avec une série de 40 toiles parcourues d'un double tissu immaculé, celui des Dames Blanches, précisément, celui également du peuple Kogi de Colombie. Au peintre, il revient de rapprocher ses deux lointains, ces deux manières d'habiter le monde dans la construction/déconstruction de l'individu, à travers un langage plastique et technique que Didier Guérandelle maîtrise parfaitement.

 

Alain Tréhard qui lui succédera n'avait pas montré depuis longtemps son travail aux yeux de sa ville, aussi est-ce un bonheur de le retrouver. Dans l'obscure clarté de ses matières et  textures, Tréhard découpe, brûle et suture pour nous parler de la décomposition, recomposition, altération d'une œuvre qui semble comme posée dans la ligne de fuite de sa propre vie. À ses côtés se trouvera Chantal Cartier, puisqu'il existe des liens tissés dans la peinture et le regard réciproque comme il existe des échanges épistolaires, et parce qu'elle aussi dévoile le corps et des paysages intimes.

 

Après eux, viendra l'été. Juillet et août rappelleront que l'on célèbre cette année les 500 ans de la Réforme. C'est à cet événement que la Direction des affaires culturelles de la Ville a invité le duo Sale Caractère à faire allusion. Il s'agit pour Kegrea et Fred Calmets, issus des cultures urbaines et du graff, de construire un bateau, Le Téméraire (et toiles dérivées). On parle plutôt d'un radeau, et l'on pense à celui de La Méduse revisité par l'esthétique punk. Surtout, et voyageant au gré des vents et des courants, le duo offrira à cette expo le souffle de la mer, de la piraterie protestante, la poésie de la découverte et du voyage.

 

 

  •  "Quelque chose, noir" Régis Fabre, du 18 mars au 30 avril
  •  "Les Dames Blanches", Didier Guérandelle, du11 au 28 mai
  •  Alain Tréhard et Chantal Cartier, du 8 juin au 28 juin
  •  "Bateau de rêve", Kegrea et Calmets, de juillet à septembre
picto météo
Aujourd'hui
9°C | 19°C
Belles éclaircies

Jeudi

picto météo

19°C
Soleil

Vendredi

picto météo

15°C
Couvert, bruines ou pluies

Marée

Marée Haute 10h25 | Marée Basse 3h47

Marée Haute 22h53 | Marée Basse 16h14

Services en ligne

      

        

 

      

 

 

 

 

© La Rochelle 2008